La Bonne Mère est de retour

Si l'OM et L'OL patinent, Lille tient le rythme et s'offre donc un pur choc dimanche prochain au Parc. Sinon, Bordeaux a pris la 4e place. Si, si, vous avez bien lu.

Cette saison, on a souvent dit - à Nice et à Lille par exemple - que l'OM n'avait pas la réussite de la saison dernière. Le principal changement avec l'arrivée d'Anigo, c'est que Marseille semble avoir retrouvé cette réussite qui les fuyait jusqu'ici. Evidemment, au niveau du contenu, il n'y a pas eu photo entre l'OL et l'OM. Que les Olympiens reviennent au vestiaire à 2-1 à la pause tenait du miracle vu la domination totale des Rhodaniens pendant les 45 premières minutes, récompensée par deux buts signés Lacazette et Gomis.

Régulièrement en infériorité numérique au milieu, plombé par deux latéraux qui ne participaient pas assez au jeu, Marseille a énormément souffert et c'est ce but venu de nulle part de Gignac - avec l'aide d'un Vercoutre pas bien inspiré sur ce coup-là - qui a remis l'OM en selle. Mais ce but aurait dû n'être qu'une péripétie tant les occasions de tuer le match se sont succédé pour les Lyonnais. Par Lacazette encore, mais aussi sur cette action où Gomis et Gourcuff butent sur Mandanda et N'Koulou.

Et puis il y a eu ce coup-franc excentré de Thauvin détourné par Lacazette et Bedimo et qui a lobé Vercoutre.Voilà comment les Phocéens se retrouvent avec un point inattendu qui va peut-être leur permettre de construire. Côté OL, on retiendra qu'avec le retour des blessés - notamment un intéressant Gourcuff - et la montée en puissance de Lacazette, les matchs retours pourraient être plus souriants. Maintenant, d'un strict point de vue comptable, c'est une très mauvaise opération pour les deux équipes, qui sont désormais totalement décrochées de la course au podium.

Kalou et les à-coups

Dans l'après-midi, on a eu droit à une très belle première période au stade Pierre-Mauroy, émaillée de trois buts absolument somptueux. Bastia a ouvert le score sur une frappe plombée de Genest, sur laquelle l'imbattable Enyeama ne pouvait rien. Et puis Kalou, qui n'avait plus marqué depuis 8 matchs, s'est réveillé en inscrivant un doublé de haut vol, qui aurait même dû devenir triplé sans une erreur d'arbitrage. Il faut l'accepter : l'Ivoirien est un joueur d'à-coups. Capable de sortir des matchs de classe internationale, mais pas tout le temps.

Ce match a montré que Lille sait faire autre chose que défendre. Comme l'a justement fait remarquer pendant le CFC Daniel Bravo, peut-être que les Nordistes avaient fini par être obnubilés par ce record d'invincibilité et qu'à force de se focaliser sur l'aspect défensif, ils en oubliaient de jouer. Le fait d'être mené au score et de renverser la situation leur a peut-être prouvé à eux-mêmes qu'ils étaient capables d'autre chose que de gagner 1-0. En tout cas, ça promet un match très intéressant au Parc dimanche prochain, pour finir l'année.

Et puis, encore un peu plus tôt, Bordeaux a pris la 4e place du classement après sa victoire - la 4e consécutive - face à Valenciennes. Un succès pénible et marqué par des erreurs d'arbitrage. A commencer par ce pénalty cadeau offert aux Girondins pour une faute imaginaire sur N'Guemo qui a permis aux hommes de Gillot de revenir dans le match. Ceci étant, si les Valenciennois ne repartent pas avec au moins un point de Chaban-Delmas, ils peuvent aussi s'en prendre à eux-mêmes. D'abord parce qu'ils ont raté un pénalty.

Et puis parce que, une fois de plus, Penneteau a encaissé un but qu'on ne peut pas prendre à ce niveau, sur cette frappe au premier poteau pas si puissante de Maurice-Belay. Les contre-performances à répétition du portier nordiste plombent les prestations d'une équipe qui n'a vraiment pas besoin de ça. Les trois derniers ont encore perdu ce week-end et l'écart entre Sochaux, Ajaccio et le 17e paraît désormais irrémédiable. Ce n'est pas encore le cas pour Valenciennes. Mais ce sera quand même plus que compliqué…

Pierrot