La culture du 0-0

Gloire à Cavani ! En marquant à la 87e minute mardi soir à Nicosie, l’Uruguayen a donné les trois points au PSG mais a surtout évité aux clubs français de boucler cette semaine européenne avec un quintuple 0-0 !

Le paradoxe, comme pour Monaco mercredi soir, c’est qu’on ne peut même pas dire que nos trois représentants en Europa League aient fait une mauvaise opération, excepté peut-être Lille. Guingamp notamment, se retrouve avec 4 points en 3 matchs. Compte tenu de ses moyens et de ses difficultés en championnat, c’est tout à fait méritoire, d’autant que les joueurs de Gourvennec auraient pu l’emporter en fin de match si Mandanne avait trouvé les filets au lieu du poteau.

Les Bretons vont maintenant recevoir deux fois consécutivement (Minsk puis la Fiorentina qui sera peut-être déjà qualifiée) et sont clairement dans la course pour la qualif’. Mais je vous avoue que j’ai plus suivi Lille-Everton. Face à une formation anglaise globalement décevante et franchement défensive, le LOSC a tenté beaucoup de choses. Mais le problème, c’est que cadrer une frappe est déjà un exploit pour les Nordistes.

On n’improvise pas un jeu d’attaque du jour au lendemain et il aurait peut-être mieux valu tenter d’aligner trois vrais joueurs offensifs devant, surtout à domicile. Avec 3 points et deux déplacements consécutifs (Everton et Krasnodar) à venir, le LOSC est moins bien placé que Guingamp, mais dans le jeu il faut reconnaître qu’on a vu du mieux chez les Lillois, qui ont fourni une prestation bien supérieure à ce qu’ils ont récemment produit en championnat. Même si ça n’a rien changé au résultat…

 

Dure semaine pour ceux qui aiment le foot

Et puis le soi-disant choc de la soirée avait lieu à San Siro, ou Sainté affrontait l’Inter Milan. Enfin, L’inter Milan… Disons plutôt le fantôme de l’Inter. Quelle tristesse de voir ce grand nom d’Europe en pleine déconfiture : un stade vide, des joueurs qui n’ont rien à faire dans un club de ce standing… En fait, la seule chose intéressante de la soirée, c’était la formidable ambiance mise par les 10 000 supporters stéphanois dans la grande enceinte lombarde. Magnifique. Le match lui, ne l’a pas été.

L’Inter, qui en est réduit à faire jouer Guarin en neuf et demi, s’est montré totalement inexistant sur le plan offensif. En face, Sainté jouait comme d’habitude à cinq derrière. Donc, Sainté a fait comme d’habitude, un joli 0-0. Alors on pourra toujours parler du bon coup-franc de Tabanou, d’une ou deux situations litigieuses dans la surface italienne… 

Mais si le résultat est somme toute assez bon et la qualification tout à fait jouable, que ce soit en Ligue 1 ou en Europa League (un but en cinq matchs en comptant le tour préliminaire), les Stéphanois ne marquent pas assez. Mais bon, en alignant deux attaquants et huit joueurs à vocation défensive, c’est sûr que ça ne facilite pas les choses pour attaquer. Non, il faut prendre un minimum de risques quand on veut marquer des buts.

Galtier et Girard, eux, estiment que leur équipe aura de meilleurs résultats sans en encaisser. Soit. Ça peut marcher en phase de poule d’Europa League. Et après ? En attendant, devant la télé, après les matchs de Monaco et celui de Paris, cela aura été une dure semaine pour ceux qui aiment le foot. En espérant que la 11e journée de Ligue 1 - avec notamment ce séduisant Lyon-Marseille - rattrape un peu ce triste spectacle…

Pierrot