La fièvre du samedi soir

Du spectacle, des rebondissements, des buts : pas si mal ce samedi de Ligue 1...

Avec la nouvelle répartition des droits télé, ces matchs du samedi soir sont désormais traditionnellement réservés aux équipes qui jouent le maintien. Eh bien hier soir, toutes ces équipes de bas de tableau nous ont offert un sacré spectacle. Avec une particularité : pas une seule victoire à domicile lors de ces six matchs. Etonnant ? Même pas. Juste la preuve de l'incapacité des équipes de L1 à faire le jeu à domicile.

A Annecy, Evian a obtenu in extremis le point du nul face à Reims. Les Champenois menaient pourtant 2-0, mais ont fini par payer leur infériorité numérique depuis la fin du premier quart d'heure en craquant dans les arrêts de jeu. A Ajaccio, un événement assez improbable s'est produit : Toulouse a marqué trois buts ! Avec un pénalty litigieux sur lequel même les ralentis ne permettent pas de se prononcer sur la faute - ou pas - de Chalmé.

Il y a aussi eu la victoire de Nancy à Rennes - celle-là je l'avais pronostiquée - qui permet aux Lorrains de quitter la place de lanterne rouge. Contre toute attente, l'ASNL se retrouve à deux points du premier non-relégable et peut de nouveau croire au maintien. En fait, dès qu'ils n'ont pas à calculer, les Nancéiens arrivent à produire des choses intéressantes.

Thauvin en mode Hazard

Quant aux Rennais, j'ai trouvé qu'ils avaient un peu trop versé dans l'auto-flagellation. Je pense que c'est plus l'accumulation de mauvais résultats que ce match en particulier qui a généré ces réactions. Les Bretons se sont créé de belles occasions, ils ont juste manqué de réalisme et puis le second but lorrain est quand même assez chanceux. Les Rennais, qui se retrouvent 10e au classement, sont touchés par une certaine forme d'agacement et vont jouer leur saison dans trois semaines en finale de la Coupe de la Ligue.

Et puis on a aussi eu la spectaculaire victoire de Bastia à Valenciennes. Curieusement, même si cette équipe de VA est la plus mauvaise en 2013, elle parvient toujours à faire du jeu. Seulement, elle n'a plus son efficacité de la première partie de saison. En prendre quatre à la maison, c'est évidemment beaucoup trop. Quatre buts dont un assez étonnant du petit Thauvin, qui a donc inscrit 7 buts lors de ses 4 derniers matchs, dont 3 avec les U-20 !

Une sacrée acquisition pour le LOSC. Je n'aime pas trop les comparaisons, mais le 4e but du jeune attaquant bastiais est assez "hazardien" dans sa conception. Au final, Bastia réalise une magnifique opération au classement avec ce succès dans le nord. Avec 8 points d'avance sur le premier relégable, les Corses - qui viennent de marquer 8 buts en 2 matchs - sont bien partis pour se maintenir, en pratiquant qui plus est un football très agréable.

"On se fait chier, on se fait chier…"

Et puis j'ai gardé pour la fin les deux équipes qui m'ont valu des clashs dans la semaine. D'abord Bordeaux, où Gillot - sans me citer - s'est offusqué des critiques venant de "gens derrière un micro" sur le jeu de Bordeaux. Etant régulièrement derrière un micro, je l'ai un peu pris pour moi. Logique. Sachant quand même que les matchs de Bordeaux cette saison sont ceux qui produisent le moins de buts en Europe et que les ultras bordelais ont chanté pendant le match un cinglant "On se fait chier, on se fait chier", certainement pour me rendre hommage.

Quitte à se répéter, il faut savoir faire le distingo entre les résultats et la qualité du spectacle offert. Remarquez, cette saison avec Bordeaux on n'a ni l'un ni l'autre. Face à Lorient, les Girondins n'ont pas livré leur pire match à Chaban, mais ils ne réussissent au final qu'à gratter un maigre nul en fin de rencontre. Le paradoxe a voulu que ce soit sur une erreur d'Audard qu'Obraniak égalise, alors que le portier des Merlus avait été irréprochable jusque-là.

Et puis dans la course à la Ligue des Champions, Sainté a perdu 2 points importants à Troyes, après avoir pourtant mené au score à deux reprises. Une nouvelle fois, l'ESTAC nous a offert un bon spectacle mais une nouvelle fois, l'ESTAC n'a pas gagné. Le club aubois se retrouve même dernier de ce championnat. Et là encore, j'ai eu droit à mon instant de gloire puisque Brandao s'est offert une petite sortie à mon égard à la fin du match.

Il est rigolo Brandao

Avec une phrase que je classe déjà dans mon recueil de citations mythiques : "Je n'ai pas fait faute sur Thiago Silva…" Après tout, c'est son droit de penser ça. Mais du coup, je me demande bien pourquoi il a été suspendu deux matchs par la commission de discipline ? Commission à laquelle, aux dernières nouvelles, je ne siège pas.

Maintenant, que ce soit Gillot, Brandao ou Tartempion, il serait grand temps que ces messieurs - qui sont suffisamment bien payés par ailleurs - assument ce qu'ils font au bord ou sur le terrain et arrêtent de se chercher des excuses avec des gens comme moi. C'est à la fois me donner beaucoup trop d'importance, mais surtout une façon très facile de se dédouaner de leurs erreurs ou de leur incapacité à gagner des matchs. Ou, comme Brandao, de justifier un excès d'engagement qui, je le dis et le répète pour la dernière fois, méritait d'être sanctionné par la commission de discipline. Ce qui a été fait.

Voilà pour ces derniers clashs en date, qui ne seront évidemment pas les derniers tout court. Je suis habitué, et surtout ce n'est pas ça qui me fera changer de style. Que ça plaise ou non, j'ai juste le sentiment de dire ce que je pense, de dire la vérité. Alors, que les rares personnes qui continuent à m'apprécier ne s'inquiètent pas : je n'ai absolument pas l'intention de changer.

Pierrot