Le chef-d'oeuvre du Bayern

Ah que ça fait du bien de voir deux équipes qui jouent au foot et qui cherchent à gagner et non à ne pas perdre...

S'il y a bien un truc sûr et certain à l'issue de cette finale de la Ligue des Champions, c'est qu'on a vu les deux meilleures équipes d'Europe s'affronter. On a rarement droit à des finales débridées et spectaculaires, cette fois on a pu assister à un match de haute qualité, avec beaucoup de rythme et deux périodes très distinctes. La première en faveur de Dortmund, qui avait décidé de laisser le ballon au Bayern et d'exercer un pressing très haut.

Le Borussia a d'abord cherché à bloquer Schweinsteiger au milieu en essayant d'être toujours à deux sur le joueur qui avait le ballon sur un côté, que ce soit Robben ou Ribéry qui ont été tous deux bien bloqués. Un plan qui a très bien fonctionné puisque ce sont les joueurs de la Ruhr qui se sont procuré les meilleures occasions, les Bavarois ne se montrant dangereux que sur coups de pieds arrêtés grâce à leur jeu de tête supérieur.

Et puis pour un retraité, Heynckes a fait preuve d'une sacrée capacité de réaction en trouvant à la mi-temps les solutions tactiques aux problèmes de son équipe. Il a demandé à Ribéry et Robben de se rapprocher de Mandzukic, à la fois pour libérer les couloirs pour Alaba et Lahm et surtout pour perturber le pressing de Dotmund. Un changement qui a porté ses fruits avec l'ouverture du score de Mandzukic, qui n'avait plus qu'à pousser le ballon dans le but après l'enchaînement dribble extérieur-centre en retrait d'un Robben magnifiquement servi par Ribéry.

Derrière, ce Borussia absolument épatant a réussi à revenir sur un pénalty indiscutable pour une faute grossière de Dante sur Reus transformé par Gündogan. Mais paradoxalement, ce retour au score a un peu coupé les pattes des hommes de Klöpp. Et à partir de là, le Bayern a clairement pris les choses en main. Weindenfeller a été aussi bon que Neuer l'avait été en première mi-temps, mais a dû s'incliner sur une talonnade contrée de Ribéry récupérée et poussée au fond par Robben.

Guardiola, sacrée pression

Le Néerlandais qui vit décidément une histoire assez extraordinaire. Il était probablement le joueur le plus détesté du club l'an passé après avoir goinfré la finale à domicile contre Chelsea. Kroos avait alors pris sa place et quand il s'est blessé, Robben est revenu et depuis le début de l'année, il s'est montré étincelant et décisif. Dans sa carrière, il a perdu beaucoup de finales : de Ligue des Champions, de Coupe du Monde…

Et il a souvent raté ces matchs. Cette fois, avec ce but et cette passe décisive, il a pleinement réussi sa finale et mené cette équipe, qui est de loin la meilleure cette année, à la victoire. Le Bayern qui peut réaliser une saison historique s'il gagne la Coupe d'Allemagne dans une semaine. Quand on pense que l'an prochain, Götze va venir renforcer cette équipe…

Le Bayern sera encore très fort la saison prochaine, mais Guardiola va subir une sacrée pression de passer après ce bon vieux Jupp. Encore une fois, c'était une finale magnifique, emballante, qui nous a fait vivre un grand moment de foot avec un très grand vainqueur. Si ça pouvait être comme ça tous les ans...

Pierrot