Le retour des Verts

C'est fait : Sainté a décroché son premier trophée depuis plus de 30 ans en battant Rennes. Et en Ligue 1, l'OL et l'OM l'ont emporté sans vraiment convaincre.

Le triste match à Valenciennes et l'élimination en Coupe de France face à Lorient avaient un peu occulté le fait que Saint-Etienne était dans une bien meilleure dynamique que celle des Rennais, qui n'ont pas gagné un match depuis deux mois. Cette finale de la Coupe de la Ligue a commencé sur un rythme élevé avec une grosse occasion d'entrée sur cette frappe détournée d'Erding sur laquelle Ruffier est assez extraordinaire.

Et puis le but de Brandao est arrivé très vite et ça a clairement replongé les Bretons dans leurs doutes tout en propulsant Sainté dans une phase de gestion, ce qui fait que le match s'est un peu enlisé jusqu'au repos. Au retour des vestiaires, si les Rennais ont poussé avec de louables qualités, cette équipe manque quand même d'un attaquant de pointe, qui aurait pu être Erding si le Turc ne s'était pas blessé. 

Sur le but de Brandao, il y a d'abord une perte de balle de Makoun puis un mauvais positionnement de Danzé. Après, le centre de l'extérieur du pied d'Aubameyang est magnifique. Sur le coup, je me suis dit que Costil était un peu court mais en fait, il le détourne du bout des doigts en pleine extension et Brandao se retrouve seul face au but vide pour marquer d'une reprise du gauche.

Créée pour Brandao

Finalement, un but de Brandao en finale de la Coupe de la Ligue, ça devient d'une banalité... Je dis souvent que cette compétition, à laquelle je suis farouchement opposé pour différentes raisons, n'a été créée que pour qu'il y ait du foot sur le service public. On pourrait ajouter qu'elle a été créée pour que Brandao puisse remporter des trophées. Le Brésilien est LE grand spécialiste de cette compétition en France et hier soir, il faut bien avouer qu'il a été bon. 

Un Brandao, c'est peut-être ce qui a manqué aux Bretons, qui ont essayé beaucoup de choses, en vain. Féret est là pour organiser le jeu, mais si devant lui ça ne bouge pas... Diallo est bien trop intermittent, Pitroipa a laissé ses jambes de feu à la CAN, ce qui complique pas mal les choses. Mais sur l'ensemble de la partie la victoire stéphanoise est méritée. Cette finale était celle des deux clubs qui travaillent le plus intelligemment et le plus raisonnablement en termes de finances ces dernières années en France.

On peut penser que ces deux clubs seront de plus en plus haut lors des prochaines saisons, surtout Saint-Etienne, qui s'est constitué un bel effectif tout en restant très sage sur les salaires dans le sillage d'un entraîneur efficace et dévoué. Mais ce qui m'a le plus marqué lors de cette soirée, ce sont les larmes de Rocheteau à la fin du match. D'abord parce que Dominique est quelqu'un de pudique. Et puis parce que mon éveil au foot, c'est la première épopée des Verts en 1974 et l'éclosion de l'Ange Vert un an plus tard. Les années passent et Rocheteau est toujours là.

Endormi comme un bébé

On n'oubliera pas que le 2e et le 3e de la Ligue 1 ont déjà joué au cours de cette 33e journée saucissonnée à cause de cette finale de la Coupe de le Ligue. Lyon avait ouvert le bal vendredi soir en remportant une victoire assez heureuse - confinant même au hold-up - à Montpellier. Si Mounier s'était montré un peu plus inspiré le résultat aurait certainement été différent mais l'OL a finalement réussi à gagner grâce à un but absolument sensationnel de Grenier, qui après un passage à vide cet hiver, semble finir cette saison en boulet de canon. 

Alors au niveau de la qualité de jeu, on ne peut pas dire que Lyon ait retrouvé son aisance des matchs allers. Mais les résultats sont de nouveau là et le final risque d'être intéressant. Et puis dans l'après-midi, on a eu droit à Marseille-Brest et je dois vous faire une confidence : je me suis endormi comme un bébé au beau milieu de la seconde période. Mais il y a des limites à tout. Des limites à l'ennui, des limites au non-match. Alors c'est formidable, tout le monde va nous dire que c'est une victoire "à la marseillaise" avec ce nouveau succès 1-0.

Très bien, bravo aux Olympiens, mais bon... Ils jouaient contre une équipe de Brest parfaitement inoffensive et il a pourtant fallu un coup-franc de Cheyrou pour débloquer la situation. Footballistiquement, il n'y a rien. Alors, que ça suffise au bonheur des Marseillais, je le conçois tout à fait. Il n'en reste pas moins que, pour le téléspectateur amoureux de football, ce match était un horrible pensum. Selon l'adage, "si vous n'aimez pas ça, n'en dégoûtez pas les autres". OK, mais ça reste quand même extrêmement pénible à s'infliger.

 

Pierrot