Les Verts tout schuss !

Quatrième victoire d'affilée pour Sainté, qui braque la 4e place du classement. Pour le reste, Reims a replongé Nancy dans le doute et Ochoa a brillé.

On a vécu un après-midi assez étonnant à Geoffroy-Guichard, avec un match qui a duré 153 minutes, ce qui n'est déjà pas banal. Un retard dû aux énormes chutes de neige qui se sont abattues sur le Forez. J'avoue que dans ma carrière, je n'ai qu'un seul souvenir d'un truc aussi impressionnant. C'était un Lille-Bordeaux, époque Grimonprez-Jooris. Il avait commencé à neiger quand les deux équipes étaient arrivées au stade et il y avait 15 à 20 cm à leur entrée sur la pelouse !

Le match n'avait jamais commencé. Là, Philippe Kalt a simplement appliqué le règlement. Il avait droit à 45 minutes d'arrêt, il a retardé le début de la seconde mi-temps puis a de nouveau interrompu le match à 25 minutes de la fin. S'il avait dû arrêter le jeu une troisième fois, je pense que le match aurait été annulé et reporté. Alors après, on a vu des choses… Les Verts menaient au score et voulaient évidemment aller au bout, Montpellier traînait logiquement les pieds…

Tout ça s'est quand même globalement passé dans une bonne ambiance - mis à part Girard, mais est-ce la peine de le souligner - même si la seconde mi-temps n'a pas ressemblé à grand chose, contrairement à un premier acte équilibré pendant lequel les Verts ont surtout eu le mérite d'être efficaces grâce à nouveau but de Brandao. Alors le Brésilien ne fait pas partie de mes joueurs préférés, mais le voir avec ses cheveux blanchis par les flocons passer la pelle sur la pelouse, c'était une image sympa.

A l'issue de cet après-midi surréaliste - avec donc les remplaçants stéphanois qui ont déneigé le terrain à la pelle -  ça fait quatre victoires consécutives pour Sainté, qui se replace dans une course à l'Europe où Bordeaux a failli. Les Girondins ont en effet perdu à Ajaccio, qui vient donc de prendre 6 points en deux matchs devant Lyon puis Bordeaux. Mais autant parfois on a vu les Girondins sortir des prestations mièvres au possible, autant là s'ils ont perdu c'est en grande partie à cause d'Ochoa, auteur de 4 ou 5 gros arrêts.

Nancy rattrapé par la pression

Le gardien mexicain est transformé par rapport à la saison dernière. Je pense que d'avoir un entraînement spécifique de gardien à l'européenne lui a fait beaucoup de bien. Ce que je lui reprochais beaucoup la saison dernière, c'était de plonger uniquement là où il se trouvait. Il a fait d'énormes progrès au niveau des déplacement latéraux avant de s'engager dans un plongeon. Et la victoire ajaccienne est venue d'un superbe retourné de Ricardo Faty, qui réalise une bien belle saison en Corse.

Pour le reste, il était surtout question de maintien, avec une victoire étriquée et assez heureuse de Valenciennes face à Brest, qui était mené 2-0 au repos mais qui a sorti une bien meilleure deuxième mi-temps, en se créant des occases, mais sans la réussite. Et puis la victoire de Reims, la première depuis quinze matchs, les Champenois ayant profité du retour à la réalité des Lorrains.

Après avoir ouvert le score - comme d'habitude par Puygrenier et sur coup de pied arrêté - Nancy a été rattrapé par la pression. C'est ce que je disais la semaine dernière : avant leur match à Marseille, les Nancéiens étaient dans la situation du tennisman mené 6-0, 5-1 et qui lâche tous ses coups parce qu'il n'a plus rien à perdre. Cette fois, en gagnant, l'ASNL pouvait repasser devant son voisin rémois.

Les hommes de Gabriel ont mené au score mais ont été inexistants après le repos et se sont fait transpercer par la vitesse d'Ayité, Diego et Fortes, qui leur ont fait très mal. Du coup, avec le match nul vierge et heureux de Troyes devant Sochaux, la course au maintien n'en est que plus indécise. En attendant le match d'Evian face à Marseille à Annecy. S'il ne neige pas, évidemment…

Pierrot