Lille se cogne contre le miroir

Lille chute, Lyon se reprend, Monaco assure le minimum et Montpellier neutralise Toulouse. En quelques mots, voilà le résumé de ce dimanche de foot en Ligue 1. Maintenant, je vais développer...

Enyeama ne battra donc pas le record de Huard. Le gardien nigérian du LOSC n'a pas réussi à garder sa cage inviolée à Bordeaux. Et comme souvent dans ces cas-là, la belle série s'est arrêtée sur un but un peu improbable, ce tir de N'Guemo qu'Enyeama aurait ramassé en sifflotant si Kjaer n'avait pas détourné sa trajectoire. Mais si le dernier rempart lillois a fini par céder, les Nordistes avaient aussi le droit de réagir et de tenter d'égaliser.

Le souci c'est que, face à une équipe qui n'a finalement pas beaucoup moins de qualité qu'elle - et un style assez semblable de surcroît - les hommes de Girard n'ont pas existé. En termes d'envie, d'engagement, d'explosivité, Bordeaux a été nettement supérieur au LOSC, qui a rendu une assez pâle copie. Arracher des victoires 1-0 c'est bien, mais quand tu veux renverser une situation, il faut produire un peu plus de jeu que ça.

Maintenant, il ne faut pas non plus trop en demander à cette équipe, qui a elle aussi le doit de perdre un match de temps en temps, d'autant que cela ne lui était plus arrivé depuis septembre. Encore une fois, cette défaite ne ternit pas le joli parcours lillois. Mais elle ne lève pas non plus les doutes qu'on peut légitimement avoir sur un fond de jeu très médiocre jusqu'ici.

Du coup, Lille cède sa deuxième place à Monaco, qui venu à bout plus que péniblement d'une équipe d'Ajaccio qui a joué à onze derrière et s'en est remis à son courage et au talent d'Ochoa. Ca a failli marcher, jusqu'à ce but de Rivière à la conclusion d'une action un peu confuse. Là aussi, le jeu des Monégasques a été d'une grande pauvreté, très décevant par rapport à leurs dernières sorties.

Un mystère et des culs serrés

Ca prouve aussi que mettre 4 ou 5 buts à une équipe faible, ce n'est pas si simple. De toute façon, marquer 4 ou 5 buts en France, ce n'est pas facile. Ni pour Paris, ni pour Monaco, ni pour personne. On s'aperçoit que c'est le genre de match où le plus dur est d'ouvrir le score et il est évident que la résistance ajaccienne à Louis II va donner des idées aux futurs adversaires de l'ASM. Après, demeure ce mystère Falcao. Le club ne communique pas sur sa blessure, il n'était pas au stade hier soir… Rien n'est fait pour lever les doutes et dissiper les rumeurs.

A part ça, on a eu droit à une belle réaction de l'OL à Bastia. Les Lyonnais l'ont emporté sur une pelouse où le SCB n'avait plus perdu depuis plus de six mois. Pourtant, les Corses avaient ouvert le score. Mais ils ont cédé en seconde période, d'abord sur un joli but de Lacazette - son huitième, un total intéressant dans le contexte lyonnais de cette saison -  puis sur une tête de Benzia sur laquelle toute la défense bastiaise est spectatrice de l'action. Etonnant. Pour l'OL, c'est une victoire qui fait du bien dans une période difficile.

Enfin, le 4e match de la journée s'est soldé par un nul entre Toulouse et Montpellier. En toute franchise, je n'ai pas vu grand chose si ce n'est les buts et l'expulsion totalement ridicule dont a été victime Zebina. Il prend un premier carton pour avoir arrêté le ballon à deux mains en pensant que le jeu avait été arrêté. L'arbitre pouvait juste donner coup-franc aux Héraultais et le prendre avec le sourire. Mais non, il faut mettre un carton, ce qui évidemment énerve le joueur, qui prend le deuxième dans la foulée.

Alors il y aura toujours des culs-serrés pour nous dire que les joueurs doivent garder leurs nerfs en toutes circonstances. Sur le principe, c'est inattaquable. Mais je trouve ça un peu grotesque, surtout quand ça concerne un joueur d'expérience dont le comportement est plus que souvent irréprochable. Cette intransigeance aveugle continuera toujours de me choquer...

Pierrot