Lyon et Paris déjà devant

Lyon et Monaco qui font le boulot, Marseille déjà à la peine et un PSG en rodage : voilà ce qu’on peut retenir de cette deuxième journée de championnat.

La journée avait commencé vendredi avec un Lyon-Caen sans grand intérêt lors duquel l’OL s’est imposé sur deux penalties - le second étant assez généreux - transformés par Lacazette, avant de se poursuivre par Nantes-Monaco samedi après-midi. Jardim avait beaucoup fait tourner après le tour préliminaire de LDC en intégrant pas mal de jeunes, ce qui n’a pas empêché les Monégasques de s’imposer grâce à un joli coup-franc signé Boschilia. Les Canaris se sont créé quelques situations mais je n’ai pas l’impression que le FCN ait beaucoup changé par rapport aux années Der Zakarian, ni dans le style ni dans la puissance offensive.

Les matchs du samedi soir ont été marqués par l’énorme victoire de Toulouse devant Bordeaux. Des Girondins qui sont passés complètement au travers, avec un gardien, Prior, qui m’a l’air bien léger dans tous les sens du terme. Braithwaite a ensuite signé un doublé avant que Kiese Thelin ne sauve l’honneur. C’est un peu décevant pour des Bordelais qui avaient été séduisants lors de la première journée. Quant aux Toulousains, il sont repartis sur les mêmes bases qu’en fin de saison dernière lorsqu’ils s’étaient sauvés in extremis. Et ils ont bien du mérite vu l’état scandaleux de la pelouse du Stadium. D’autant plus scandaleux que c’est le club qui est chargé de l’entretenir, la municipalité toulousaine n’en ayant rigoureusement rien à cirer.  

J’ai noté aussi la nette victoire de Bastia à Lorient. Des Merlus déjà inquiétants qui ont subi la loi de Crivelli, auteur d’un doublé tout en se permettant de rater un péno et qui est déjà une bonne pioche pour le Sporting. Evidemment, les deux expulsions côté lorientais n’ont pas arrangé les choses, celle de Ndong m’apparaissant par ailleurs assez sévère. C’est vrai qu’il met une semelle à Mostefa, mais alors dans ce cas pourquoi Glik, lui, s’en sort-il avec un jaune pour son tacle les deux pieds décollés sur Alégué lors de Nantes-Monaco, sous les yeux de monsieur Lannoy ? Un nouvel exemple d’arbitrage à géométrie variable. 

Et puis dimanche, on a pu voir que l’OM est déjà à l’agonie, après seulement deux journées de championnat. Alors bon, les supporters olympiens pourront toujours se raccrocher au péno non sifflé pour la faute sur Sarr, à 1-0 pour Guingamp. Mais la victoire bretonne ne souffre aucune contestation. D’abord parce qu’on a vu un jeu intéressant côté En-Avant, avec de bons dédoublements sur les côtés et notamment un excellent Coco. Et puis parce que la défense marseillaise, c’est un gag ! Je ne sais pas où ils sont allés chercher Sakai et Hubocan, mais je ne suis même pas persuadé que ça ait le niveau Ligue 1. 

Un voile pudique sur Cavani

Dans le secteur offensif, il va falloir arrêter de croire que Cabella est un numéro 10 et d’attendre monts et merveilles d’un Gomis pas encore prêt. Et puis au milieu, on avait un Diaby hors du coup physiquement - mais comment pourrait-il en être autrement ? - et un Diarra loin de sa meilleur forme lui aussi. C’est déjà très compliqué pour l’OM et à mon avis, la patience des supporters marseillais, déjà assez limitée ces temps-ci, risque de s’envoler très vite lors du prochain match au Vélodrome. 

Dans l’après-midi, on a eu droit à un match assez curieux à Geoffroy-Guichard. Menés 1-0 sur un but un peu « coup du sort », les Stéphanois ont mis une mi-temps à s’en remettre. Ils ont accéléré après le repos et le laxisme de la défense montpelliéraine au marquage a permis aux Verts de marquer trois fois. Ce qui fait donc cinq buts inscrits en deux matchs pour les Verts, ce qui est loin d’être anecdotique. Peut-être que, cette année, on va enfin avoir droit à un football un peu plus pétillant du côté du Forez. 

Enfin, comme prévu, le PSG s’est largement imposé contre Metz au Parc. Il y a pourtant pas mal de choses à dire sur ce match. En première période, malgré une domination écrasante, les Parisiens ont été extraordinairement imprécis et maladroits. Après le repos, ils ont joliment ouvert le score sur un enchaînement contrôle-frappe croisée de Lucas. Pendant le quart d’heure qui a suivi, Trapp a dû s’employer pour empêcher les Lorrains d’égaliser avant que le champion de France ne plie l’affaire grâce notamment à un nouveau but de Kurzawa. Globalement, on ne peut pas dire qu’on ait vu un PSG très consistant sur le plan offensif. Sachant que, comme c’est le début de la saison, je vais jeter un voile pudique sur la prestation de Cavani, d’une maladresse crasse. 

Pierrot

PS 1 : Quelques mots pour féliciter le Brésil de son titre olympique et en particulier Neymar, auteur d’une finale exceptionnelle. Son coup-franc, ses passes, son investissement personnel… Il a porté son équipe malgré une pression énorme alors qu’après deux matchs, tout le pays lui crachait dessus.Chapeau.

 

PS 2 : Je voudrais une nouvelle fois remercier avec beaucoup d’émotion tous les gens sur les réseaux sociaux, tous mes amis journalistes qu’ils soient de Canal, de France Télé, de beIN ou d'ailleurs et tous les acteurs du football - je ne compte plus les messages de joueurs, d’entraîneurs et de présidents de clubs - qui m’ont témoigné leur soutien. Quand on est malade, ça fait chaud au coeur. Je suis dans la bagarre et j’ai hâte de tous vous retrouver.