Lyon, la dégringolade

Rien ne va plus dans la capitale des Gaules avec une 4e défaite consécutive pour l'OL. Paris n'est guère plus convaincant mais gagne et Bastia pose ses tripes sur la pelouse de Furiani. Quant aux autres matchs, comment vous dire...

Quand on se fait cogner à domicile par Reims puis battre à Evian, il ne faut pas s'étonner de ne pas éliminer la Real Sociedad lors du tour préliminaire de la Ligue des Champions. Voilà la triste réalité de l'OL sur ses quatre derniers matchs, qui se sont soldés par autant de défaites. Celle concédée hier à Annecy est sans doute la plus alarmante du point de vue de la manière et du comportement. La première mi-temps des Lyonnais a été tout simplement indigne.

Rémi Garde lui-même a utilisé le mot "suffisance". Mais comment peut-on être suffisant quand on vient de se faire taper trois fois de suite ? Il y a en ce moment une grande mode en France : on se gargarise de lancer plein de jeunes. "Ouais, on lance des jeunes, c'est super !" Bah ouais, c'est super… Je vais citer Saint-Raymond Domenech, qui disait ceci : "Avec les jeunes, quand ça va bien, ça va très bien. Mais quand ça va mal, ça va très mal."

Cette saison, l'OL est jeune jusqu'à la caricature, notamment défensivement. Par deux fois, l'arrière-garde rhodanienne a été prise dans son dos par Bérigaud et a multiplié les relances hasardeuses. Le joli but du petit Ferri a pu laisser croire que Lyon reviendrait dans ce match… mais non. La situation devient problématique pour le septuple champion de France et il ne serait pas étonnant que les choses bougent avant la fin du mercato, lundi soir. Car en l'état, l'OL n'a pas les armes pour jouer le podium, loin s'en faut.

Le gamin et les milliardaires

Ces armes, Paris les a, lui. Mais il a encore montré de criantes insuffisances face à Guingamp au Parc. Alors évidemment, le PSG a eu 75% de possession de balle, a frappé deux fois les montants, a tiré 24 fois au but et a dominé sans partage la rencontre. Et dans ce genre de match où ne parvient pas à marquer, l'adversaire a toujours au moins une occasion très nette en contre. Les Guingampais n'ont pas dérogé à la règle, mais le duel Yatabaré-Sirigu a tourné à l'avantage du portier italien.

En plaçant son attaquant vedette sur Thiago Silva pour obliger Alex à assurer la première relance et Sankharé sur Thiago Motta pour bloquer celui qui est la meilleure rampe de lancement du jeu parisien, Gourvennec a presque réussi son coup, bien aidé par la maladresse des joueurs offensifs parisiens. Quand Lavezzi rate une nouvelle fois le but vide - dès la deuxième minute suite au coup-franc sur le poteau de Zlatan -, ça complique tout pour le PSG. On sait que huit fois sur dix cette saison en championnat, le plus pour Paris sera d'inscrire le premier but.

C'était tellement dur hier que les Franciliens ont attendu les arrêts de jeu pour marquer. C'est assez savoureux que ce soit un gamin de 18 ans qui délivre cette équipe de milliardaires. Ceci dit, le gamin en question a les qualités pour avoir au moins autant de temps de jeu que Chantome la saison dernière. Et si cette dernière phrase vous fait rire, vérifiez donc le nombre de matchs auxquels a participé le néo-Toulousain l'an passé, vous serez surpris.

Alors après, plusieurs constatations s'imposent. D'abord, le 4-3-3 de Blanc me paraît totalement inadéquat à la bonne marche du duo Zlatan-Cavani. Ensuite, mis à part un Thiago Silva toujours aussi exceptionnel, les autres individualités parisiennes sont encore loin de leur meilleure forme. A commencer par Pastore, qui a débuté tous les matchs mais n'a toujours rien montré. Cela commence à se voir...

Enthousiasme et attentat

Maintenant, quand j'entends dire que "c'était mieux avant avec Ancelotti", ça me fait doucement rire. N'oublions pas les matchs allers la saison passée, n'oublions pas le piteux 1-0 contre Reims, la défaite à 11 contre 9 face à Rennes, la défaite face à Saint-Etienne… Pour l'instant dans le jeu, ce n'est pas forcément mieux, mais ce n'est pas pire non plus. Et ce qu'il faut voir, c'est qu'après 4 journées, Paris compte 2 points de plus que l'an dernier.

Et puis je ne peux pas clore ce post sans évoquer la farandole des matchs du soir, qui nous a offert trois 0-0 tous plus imbuvables les uns que les autres. J'ai jeté un oeil à Rennes-Lille, pfff… Il y a eu quelques bons moments, mais Erding n'a pas été récompensé de ses efforts. Globalement, c'est insuffisant pour une équipe de Rennes qui baigne dans une totale incertitude - on ne sait pas qui arrive ou qui part dans ce club - mais aussi pour une équipe du LOSC qui semble tout de même assez limitée sur le plan offensif.

J'ai noté aussi la victoire de Bastia… à la bastiaise ! Avec beaucoup d'enthousiasme et de volonté, mais aussi un carton rouge mérité pour Palmieri et un autre qui aurait dû l'être pour un attentat de Diakité sur Sylla. Mais bon, les Corses viennent de prendre 6 points en 2 matchs à Furiani. Compte tenu des forces offensives que le SCB a perdues cet été, c'est plus que pas mal.


Pierrot