Lyon s'en contentera

Petit round up des 8e de finale de Ligue des Champions, numéros 3 et 4. Avec un petit bonus Ligue Europa et un gros taquet pour l'UEFA.

On a donc eu droit à la victoire attendue du Bayern à l'Emirates. Le très bon début des match des Gunners a entretenu l'illusion pendant 10 minutes, le temps que le fantôme d'Özil obtienne et rate un pénalty. A partir de là, c'est allé de mal en pis pour Arsenal, qui a d'abord perdu Gibbs sur blessure, puis Szczesny, expulsé pour une faute en pleine surface sur Robben.

Sur ce coup-là, je ne vois pas pourquoi Wenger chiale, car la faute et l'anéantissement d'une occasion manifeste de but sont indiscutables. Alors déjà que ce n'est pas facile de tenir tête au Bayern à 11 contre 11… Ce péno, Alaba l'a certes envoyé sur le poteau de Fabianski. Mais ce n'était qu'un répit pour les Gunners, qui ont vécu une seconde mi-temps cauchemardesque, ponctuée de deux buts magnifiques signés Kroos et Müller, sans que les Bavarois aient besoin de forcer leur talent.

Et puis le 4e match s'est soldé par une 4e victoire à l'extérieur. L'Atletico a pourtant souffert sur la pelouse du Milan. Kaka et Poli ont trouvé les montants en début de match mais les Madrilènes, moins brillants qu'il y a quelques semaines, ont su l'emporter en fin de match grâce à un but de la tête de l'inévitable Diego Costa. Le Milan qui domine et se fait avoir à la fin, c'est le monde à l'envers. Les Rossoneri l'ont fait tellement de fois à tellement d'équipes que c'est aujourd'hui à leur tour de voir l'effet que ça fait.

Bien plus grave que ça...

Et puis jeudi, ô joie, c'est était le retour de l'Europa League, cette compétition que nos clubs français chérissent au plus haut point et jouent avec une détermination sans faille. Cette fois, Rémi Garde a poussé le truc jusqu'au bout. Le seul titulaire présent sur la pelouse d'Odessa, c'était Bisevac, qui sera suspendu dimanche soir à Lille. Le reste de l'équipe était constitué de quelques remplaçants et d'une tripotée de jeunes dont certains que je ne connaissais même pas.

L'OL était clairement venu pour le 0-0, il l'a eu. Et il s'en sort plutôt pas mal si l'on considère que les Ukrainiens ont eu les meilleures occasions, notamment le retourné d'Antonov qui a obligé Vercoutre à une belle parade et une tête sur l'extérieur du poteau en fin de match. Il est évident qu'avec sa grosse équipe, Lyon aurait déjà plié l'affaire. Mais voilà, il y a une échéance importante en championnat dimanche.

Je comprends ce point de vue, mais je reste toujours stupéfait qu'on puisse brader une compétition européenne, surtout quand on arrive en phase à élimination directe. Espérons que ce choix contestable effectué par Rémi Garde ne se retournera pas contre l'OL lors du match retour.

Un dernier mot concernant le fait que ce match ait eu lieu. Ceux qui gouvernent le football international et en particulier ces messieurs de l'UEFA, qui nous donnent de grandes leçons d'humanisme et de fair-play, acceptent sans broncher de faire jouer un match de foot dans un pays où on tire dans la foule. Ca ne leur pose pas de problème. Moi, ça me choque.

On me dira qu'il ne faut pas mélanger sport et politique. Mais là, ce n'est pas de la politique. C'est bien plus grave que ça...

Pierrot