Miracle à la monégasque

Pour son retour en Ligue des Champions, l'AS Monaco s'est imposée dans la douleur contre une équipe de Leverkusen maladroite.

On ne va pas bouder notre plaisir. Ça faisait deux ans qu'on attendait qu'une équipe française qui ne s'appelle pas le Paris-Saint-Germain gagne un match en Ligue des Champions. Le contrat a été rempli ce soir, dans des conditions un peu tirées par les cheveux. Mais malgré tout, si la manière et le style n'y étaient vraiment pas, le résultat, lui, est très satisfaisant.

En fait, c'est surtout au vu de la première période que la victoire monégasque est un vrai miracle. Avec une équipe de Leverkusen plus réaliste, les Allemands seraient retournés au vestiaire avec deux ou trois buts d'avance. Mais en football, et en particulier en Ligue des Champions, on ne peut pas se permettre de ne pas cadrer et de rater des occasions aussi nettes.

Par deux fois, les hommes de Schmidt ont lamentablement échoué sur Subasic. Bellarabi, tout seul, n'a pas réussi à cadrer son ballon piqué. Pire, Raggi l'a même récupéré avant qu'il sorte. En fin de première mi-temps, si Kurzawa n'avait pas détourné l'occasion de Castro, elle serait peut-être rentrée. À la pause, l'ASM était inexistante dans le jeu et on pouvait juste dire que le Bayer était trop maladroit.

 

Kurzawa, l'indispensable

Le premier quart d'heure du deuxième acte était du même acabit mais une superbe action de Kurzawa a tout changé. Comme d'habitude, l'arrière gauche, qui mérite d'être appelé dans le groupe France par Didier Deschamps, a été le meilleur monégasque et le plus constant pendant 90 minutes. Son centre, l'excellente remise de la tête de Berbatov et une reprise un peu heureuse de Moutinho détournée par Spahic, ont permis à Monaco d'ouvrir le score. Par ce but, le Portugais a enfin signalé sa présence en faisant quelque chose sous le maillot monégasque. 

Comme pour ses coéquipiers, cette réalisation lui a fait beaucoup de bien. La dernière demi-heure a été plus convaincante. Les Monégasques peuvent notamment être satisfaits de leur agressivité physique. Ils ont vraiment été très présents dans les duels, du début à la fin. Il le fallait mais face à une équipe dotée d'attaquants plus réalistes, une prestation comme la première période ne pardonnera pas. 

Evidemment, on retiendra que les protégés de Jardim ont pris trois points et qu'avec la défaite du Benfica face au Zénith, ils réalisent une belle opération. Les Lisboètes sont déjà dans une situation difficile. Au vu du début de championnat de l'ASM, cette première journée de LDC constitue forcément une excellente nouvelle. 

 

Pierrot