Monaco essaie, mais...

Monaco a gagné à Lyon dans des conditions rocambolesques. Paris lui a répondu en dominant Saint-Etienne sans forcer. Bref, la routine...

Dans la série "journée à thème", on a eu droit hier à une "spéciale hors-jeu". Tout a commencé avec un excellent Lyon-Monaco, de loin le meilleur match de cette journée - ce n'était pas difficile. Un match remporté de justesse par les Monégasques, auteurs d'une bonne prestation sur le plan offensif. Seulement, voilà : les trois buts inscrits par les hommes de Ranieri sont tous entachés d'un hors-jeu !

Alors bon, je n'ai pas l'habitude d'être sévère avec les arbitres sur les hors-jeu qui se jouent à rien, comme c'était le cas pour la position illicite de Berbatov sur l'ouverture du score de Germain. En revanche, sur les deuxième et troisième buts, on a quand même le sentiment que ça se voit. En tout cas, à la télé ça se voyait bien.

Pas abattus pour autant, avec beaucoup de courage, les Lyonnais sont revenus deux fois à un but mais n'ont pas eu les ressources nécessaires pour recoller, malgré une nette domination en seconde période. Les hommes de Garde ont payé leur match d'Europa League et perdent deux nouveaux joueurs sur blessure, Umtiti et Fofana.

Du coup, comme toutes les semaines Monaco a mis la pression sur le PSG pour quelques heures et comme toutes les semaines, Paris a répondu et s'est dégagé de cette pression. Dans la même veine qu'à Furiani la semaine passée, la première mi-temps a suffi au leader pour asseoir sa domination et mener 2-0. Un doublé de l'insatiable Ibra.

Affolantes statistiques

Le PSG sait y faire pour mettre un adversaire en difficulté, en le privant de ballon et en l'asphyxiant d'entrée de jeu. Et puis c'est vrai qu'un Zouma, très bon dans l'axe, n'est clairement pas taillé pour jouer latéral contre une équipe de ce niveau. Et Paris en a bien profité.

Alors là aussi il y a contestation. Monsieur Jaffredo a vu que son juge de touche levait son drapeau et il a choisi de ne pas le suivre. C'est son droit, il a estimé que la touche de balle de Sall remettait Matuidi en jeu. Il faut se souvenir que le PSG avait encaissé un but assez analogue à Toulouse il y a quelques semaines, avec Motta et Ben Yedder.

Menant au score, Paris est alors entré en phase de gestion. Un jeu dangereux car Sainté a bien pris les choses en main et s'est créé pas mal d'occasions, obligeant Sirigu à s'employer plusieurs fois. Mais in fine, Paris l'a emporté et continue à soigner ses affolantes statistiques. Voilà les Parisiens nantis de 70 points à 9 journées de la fin, et bien partis pour battre tous les records. Une fin de saison qui passera aussi par ce quart de finale de Ligue des Champions pour lequel ils connaîtront leur adversaire vendredi.

Enfin, Montpellier et Bordeaux ont fait match nul. Comme son nom l'indique. Voilà. A part le score et les deux buts, il n'y a pas grand chose à retenir d'un match qui était aussi pauvre que ceux auxquels on a assisté samedi. C'est vous dire...

Pierrot