Paris déjà champion ?

En gagnant à Rennes, Paris s'est rapproché encore un peu plus du titre. Dans le bas de tableau, Bastia a fait une super opération en pulvérisant Brest.

Ceux qui suivent mon blog depuis plusieurs années savent que ce titre est un gimmick, voire un running gag. Maintenant, il est bien évident que la victoire du PSG à Rennes est un moment décisif dans la saison pour plusieurs raisons. D'abord parce que gagner à Rennes n'était pas arrivé depuis plusieurs années aux Franciliens, et puis parce que ce match était sans doute le plus mal placé dans la saison, entre les deux matchs face au Barça.

Ancelotti avait changé 7 joueurs par rapport à l'équipe qui a tenu le Barça en échec au Parc, et malgré ça le PSG n'a pas été vraiment mis en danger par une équipe de Rennes pleine de bonne volonté mais qui, en l'absence d'Alessandrini et avec la méforme d'Erding, manque de poids offensif. Mais Paris n'en a pas profité, avec notamment cette occasion gâchée par Ibra. Il a fallu un but assez incroyable de Ménez pour débloquer la situation.

Un but sur lequel l'ancien Romain part de son camp et élimine 4 joueurs avant de marquer proprement. Un but qui est aussi un symbole de Ménez : irritant et transparent pendant 90% du temps, et capable de planter un pion que peu de joueurs en Europe sont capables de mettre. Le reste du temps, le PSG a géré tranquillement avant de finir avec le but hebdomadaire d'Ibrahimovic. Avec cette avance très confortable en Ligue 1, les Parisiens peuvent désormais se concentrer uniquement sur le choc de mercredi.

Brest gangréné

Dans le haut du tableau, Montpellier s'est imposé devant Valenciennes, mais moins facilement que ne l'indique le score et Nice a réussi un gros coup en l'emportant dans les arrêts de jeu à Toulouse, au terme d'un match où il y a eu beaucoup de buts grâce aux nombreuses erreurs défensives et de gardiens. On notera que Nice a retrouvé le succès et une certaine cohérence offensive avec le retour de Cvitanich.

Un match marqué par l'expulsion de Bosetti pour un geste horrible sur M'Bengué. Heureusement qu'il ne le touche pas, mais encore une fois ça n'excuse rien. C'est quelque chose qu'il convient de rappeler en ce moment, ce n'est pas selon qu'on est supporter ou pas d'une équipe qu'il faut réagir. Il ne faut pas attendre qu'il y ait une blessure grave pour qu'il y ait sanction.

Dans la lutte pour le maintien, Bastia a pris une option quasi-définitive en explosant joyeusement une équipe de Brest aux abonnés absents. Mais comment voulez-vous que la plus faible équipe de Ligue 1 s'en sorte dans un club gangréné par les querelles intestines, avec une guerre ouverte entre le président et le vice-président ? Je trouve ça irresponsable que ces gens-là ne soient pas capables d'attendre la fin de saison pour laver leur linge sale. Il est évident que ça perturbe les joueurs.

Thauvin = Hazard ?

En revanche, rien ne semble perturber Bastia en ce moment. Les Corses viennent de marquer 12 buts en 3 matchs. Alors est-ce une coïncidence : depuis la suspension de Furiani et le derby qui s'était très mal passé, on retrouve une équipe bastiaise euphorique et une ambiance festive très agréables. Bastia marque beaucoup de buts et est emmenée par un Thauvin "on fire", avec ce troisième doublé en 3 matchs.

Il sera à Lille l'an prochain et ça ne m'étonne pas car ce garçon a vraiment du Hazard en lui. Il a tout pour devenir une star du foot et pas uniquement parce qu'il marque beaucoup en ce moment. Il a quelque chose dans sa conduite de balle qui ne trompe pas. Vous regarderez sa dernière touche de balle avant sa frappe sur son deuxième but face à Brest : c'est le petit détail qui montre que c'est un joueur hors du commun.

Et puis il y avait deux matchs cruciaux pour le maintien. Un Sochaux-Ajaccio sans intérêt sauf pour les Corses qui ont pris un point précieux en déplacement. Et Nancy, qui est en train de réussir un vrai miracle. Les Lorrains l'ont emporté devant une équipe de Troyes nettement dominée et qui n'a dû qu'au talent de Thuram d'avoir perdu par un seul but d'écart. Une défaite qui enterre les derniers espoirs aubois… En revanche, tous les espoirs sont permis pour les Lorrains, ce qui est assez inespéré vu ce qu'ils ont connu cette saison.

Pierrot

PS : Pendant qu'Ancelotti faisait tourner 7 joueurs à Rennes, Vilanova en a fait tourner 8 en Liga. Et sans Messi le Barça a explosé Majorque 5-0. Mais ce match a surtout été marqué par le retour à la compétition d'Abidal, ce qui est extraordinaire quand on sait ce qu'il a vécu. C'est miraculeux et je suis vraiment heureux pour lui.