Paris gèle à Evian

Thèse de l'accident ? En tout cas, Paris a perdu son premier match de la saison à Evian. Sinon, Rennes a enfin convaincu et Montpellier est au bord du gouffre.

Evidemment, l'événement de la soirée, c'est la défaite du PSG en Haute-Savoie. Après 36 matchs d'invincibilité, Paris est tombé. Un revers qui tient à deux choses : d'abord l'excellente prestation des hommes de Dupraz - surtout en deuxième mi-temps -, mais aussi et surtout à la maladresse des Parisiens. Le PSG a en effet raté trois énormes occasions : la première de la tête par Cavani, la deuxième par Ménez à un mètre du but vide, la troisième par Pastore, dont on va reparler.

En première période, même si l'ETG a eu deux ou trois bonnes opportunités, la domination du PSG était quasi-totale, avec beaucoup d'occasions de but. Le tout sur une pelouse compliquée qui n'a fait que se dégrader à partir du moment où elle a commencé à geler. Ca n'a pas avantagé les Parisiens qui, en l'absence de Thiago Motta, n'ont pas du tout le même liant dans l'entrejeu. Et puis une fois de plus, Laurent Blanc a opéré un coaching décisif. Malheureusement pour lui, dans le mauvais sens.

Car l'entrée de Pastore a précipité Paris dans l'abîme. Sa prestation se résume en un mot : une honte. C'est lui qui perd le ballon sur un crochet tout en dilettantisme qui mène à l'ouverture du score d'Evian. Et c'est encore lui qui fait cette tête toute molle dans les bras du gardien savoyard alors qu'Ibra l'avait servi à la perfection à 3 mètres du but. Ce garçon a un joli toucher de balle et du talent, mais quand il rentre à 0-0, c'est à lui de montrer qu'il peut être titulaire dans cette équipe. Or, il a surtout montré qu'il méritait de s'asseoir tout au bout du banc, voire dans la tribune.

Après le repos, les Hauts-Savoyards ont beaucoup moins souffert et ont joué leurs contres intelligemment, avec des joueurs qui me plaisent beaucoup : le Danois Wass, que je trouve aussi polyvalent qu'intelligent, ou Dja Djedje encore très bon à droite. L'ETG est vraiment une équipe bizarre, capable de faire 1-1 à Monaco en méritant de gagner, de battre le PSG mais aussi d'en prendre 4 face à Lorient lors de son dernier match à domicile.

Que dire d'Alessandrini ?

Pour Paris, c'est évidemment un coup d'arrêt. En même temps, si les hommes de Blanc perdent une fois tous les 36 matchs, ce ne sera pas bien grave. L'avantage, c'est que la possible rédemption arrive dès samedi après-midi contre Sochaux.

Pour le reste, j'ai surtout suivi Rennes-Sainté. Les Bretons qui ont enfin signé un match plein face à des Stéphanois qui m'ont semblé très nerveux. Montanier avait décidé de laisser Oliveira sur le banc et de faire débuter Romero. Même s'il a marqué quelques buts, je ne suis pas plus convaincu que ça par l'attaquant portugais. En revanche, j'ai adoré la prestation de l'Argentin, que j'ai trouvé tranchant devant le but et intelligent dans le jeu.

Et que dire de la prestation d'Alessandrini, auteur d'une frappe monstrueuse de puissance et d'une super passe décisive ? Seul problème : il n'a manifesté aucune joie sur les deux actions. Il y a donc fort à parier que l'attaquant rennais sera l'un des grands animateurs du prochain mercato d'hiver. Quoi qu'il en soit, c'était probablement le match le plus abouti des Rennais cette saison.

On notera aussi que Lorient a enfoncé Montpellier à la Mosson. Les Héraultais ont manqué de réalisme en première période et se sont crispés en seconde. Ils se sont fait contrer en prenant deux cartons rouges, dont un très justifié pour Hilton. Alors la situation se complique pour Jean Fernandez, mais surtout pour l'ensemble du club, qui pointe à une inquiétante 17e place…

Pierrot