Paris reprend sa route, Rennes perd la sienne

Malgré un match d'une qualité plus que douteuse, le PSG en a planté 4 à Troyes et reprend le fauteuil de leader à Saint-Etienne. Merci qui ? Merci Ibra !

Vendredi soir, Saint-Etienne a donc pris la tête de la Ligue 1. Même si ça s'est avéré très éphémère, c'est toujours un événement particulier car les Verts, dans l'imaginaire collectif du foot français, ont toujours une place à part. Alors être leader après 14 journée de championnat, ce qui n'était plus arrivé depuis 31 ans, ça marque. Ce Sainté-VA, je vous avoue que je me réjouissais à l'avance de le voir.

La première mi-temps a été vraiment excellente - même si elle s'est achevée sans but - avec une domination globale des Stéphanois mais des Nordistes toujours à l'affût de la moindre occasion, à l'image de ce slalom tout en dribbles de Dossevi et de la frappe enroulée de Khadir de peu à côté. Côté Verts, la plupart des occasions et des centres sont venues du côté  d'Aubameyang.

Alors évidemment, ça aurait sans doute été plus fructueux avec un avant-entre capable de toucher le ballon. Sur la seule fois où il y est parvenu, Brandao a raté un but tout fait de la tête à quatre mètres des cages. En deuxième mi-temps, Sainté a un peu baissé de pied mais VA encore plus et c'est la bonne entrée d'Hamouma qui a permis de faire la décision et à Sainté de remporter une victoire méritée.

On n'oubliera cependant pas de signaler la main évidente de Clerc en pleine surface en fin de match. C'est dommage car l'arbitrage d'Ennjimi était parfait jusque-là… Il semblerait qu'il ait dit au banc de touche de VA qu'il ne l'avait pas vue. Oui, on l'espère, même…

Verratti : pénalty et carton rouge

Samedi, on a eu droit au désormais traditionnel match de 17h du PSG, qui a pas mal ressemblé au match de Ligue des Champions contre Zagreb, c'est-à-dire une première heure d'une insigne médiocrité voire horripilante, avec énormément de sifflets qui commençaient à descendre des tribunes du Parc. A l'usure, au talent et surtout en contre - les trois derniers buts parisiens l'ont été de cette façon - Paris a fini par creuser l'écart grâce à sa star interplanétaire (Zlatan) et son meilleur joueur depuis le début de la saison (Matuidi).

Paris avait ouvert le score très rapidement sur un centre en retrait d'Ibra pour Maxwell. Alors suis assez surpris que cette passe décisive ne soit pas comptabilisée parce qu'un joueur de Troyes la dévie. Ca fait partie des bizarreries et des pignoleries de certaines commissions. Et ça veut donc dire qu'une passe doit être immaculée pour être validée alors qu'un vieux tir dévié par un genou, un tibia, une hanche et le gant du gardien fera toujours un but. Mais bon…

Le PSG a sorti un bon début de match avec pourtant une organisation très frileuse (4 défenseurs et 3 milieux défensif contre le 19e du classement au Parc !). Le problème, c'est qu'après l'ouverture du score le PSG s'est totalement éteint et aurait même dû se retrouver avec un pénalty et une expulsion peu avant la pause, lorsque Verratti s'est amusé à tacler Bahebeck dans la surface alors qu'il avait déjà un carton. En toute objectivité, le deuxième jaune et le péno étaient évidents.

Mais monsieur Varela, égal à lui-même, ne l'a pas sifflé et après encore 20 bonnes minutes d'atermoiements parisiens au début du second acte, le très joli but de Matuidi a achevé les Troyens. Et puis derrière, Ibra y est allé de son petit doublé, le premier de ses deux buts étant encore assez magnifique, pour changer… Encore deux buts et deux passes dé pour le Suédois : ça prouve une fois encore que même face aux équipes les plus faibles de Ligue 1, la dépendance du PSG a son mentor est énorme.

Khazri, fin et efficace

Alors je sais qu'il y en plein sur le blog qui trouvent horripilant que je ne sois jamais content avec Paris, mais voilà quoi : quand c'est Saint-Etienne ou Rennes, une prestation de cet acabit ne suffit pas. Face à Troyes, ça suffit. Est-ce pleinement satisfaisant pour autant ?

Dans les autres matchs de la soirée, Rennes n'a (évidemment) pas confirmé son exploit du Parc en s'inclinant à domicile face à Evian, qui a marqué en fin de match sur sa seule frappe cadrée. Les Rennais ont manqué à la fois d'envie, d'agressivité dans les duels et surtout de clairvoyance dans leurs frappes. Et comme Laquait a sorti toutes celles qui étaient cadrées…

A Bastia, les hommes de "Fred Hantz" ont battu ceux de "Chris Gourcuff" en ayant pourtant joué 80 minutes à 10 contre 11 à la suite de l'expulsion pour le moins sévère de Modeste. Avec encore un but de ce Khazri que j'aime beaucoup. C'est vraiment un joueur  qui a beaucoup de finesse dans ses passes et d'efficacité dans ses frappes. Je remarque aussi que Bonnefoi, qui effectuait son deuxième match d'intérim chez les insulaires, a sorti trois arrêts décisifs.

On m'a tellement reproché d'être anti-Bastiais parce que je disais que Novaes n'avait pas le niveau Ligue 1. A ce rythme, les mêmes vont sans doute être contents que ce soit Bonnefoi qui prenne sa place dans les buts du SCB.

Allez, on se retrouve évidemment demain soir après un Marseille-Lille qui va valoir cher pour les deux équipes.

Pierrot