Pays-Bas - France : l'analyse

Ce qui est curieux avec cette équipe de France, c’est que d’un match à l’autre, on se retrouve à faire des compliments à des secteurs de jeu totalement opposés…

Autant contre la Bulgarie, c’était plutôt le domaine offensif composé du trio Payet-Griezmann-Gameiro qui avait mérité les louanges, autant hier soir face aux Pays-Bas, c’est le secteur défensif qui s’est illustré et s’est montré le plus satisfaisant. Surtout dans l’axe, entre le gardien, la charnière et la doublette de milieux défensifs. Ces cinq joueurs ont sorti un gros match et c’est à eux que les Bleus doivent ce succès important en terre batave.

Cette fois, c’est sûr, on a enfin trouvé une charnière centrale complémentaire et fiable, avec Varane en libéro à l’ancienne qui fait de la couverture et impressionne toujours autant par son calme, et Koscielny qui a pris une dimension incroyable. Dans les duels, le Gunner est « inbougeable » et pourtant, il y avait du monde en face d’un point de vue athlétique. Juste devant eux, on a vu un excellent Matuidi mais on a surtout vu Pogba. Ou plutôt, on a enfin vu Pogba.

Si tout le monde est conscient de son potentiel, tout le monde est également conscient du fait qu’il ne l’exprime que trop rarement. Entre la Bulgarie et les Pays-Bas, il est passé de la nuit au jour, des ténèbres à la lumière. Même si je pense qu’il est en progrès physiquement, ce qui aide toujours à exprimer pleinement ses qualités, cette métamorphose est surtout due à la simplification de son jeu. 

Redistribution des cartes

Le fait qu’il ne cherche pas, comme un puncheur en boxe, à donner le coup de grâce sur chaque frappe, qu’il ne tente pas de dribble invraisemblable et n’abuse pas des transversales l’a rendu plus efficace. Il était plus calme, plus sobre et ça lui a réussi. Encore une fois, on ne lui demande pas d’être le meilleur buteur et le meilleur passeur de l’équipe. Qu’il joue son rôle et ça ira déjà très bien.

Concernant les offensifs en revanche, le bilan est moins rose. Payet a semblé fatigué après le repos et Griezmann comme Gameiro ont raté leur match. Mais finalement, ce n’est pas si mal de pouvoir se dire que, lorsque l’attaque fonctionne, c’est elle qui gagne le match et que le jour où le jeu offensif est grippé, ce sont les joueurs défensifs qui prennent le relais. Cela montre la largeur de la palette dont dispose cette équipe de France. 

Ceci étant dit, je pense qu’il y a peut-être une redistribution des cartes à effectuer sur les postes offensifs. Parce que l’entrée de Martial n’a pas été à la hauteur de l’événement et parce que faire faire des dizaines de milliers de kilomètres et infliger des heures de décalage horaire à Gignac pour le faire jouer dix minutes, ce n’est pas raisonnable. Ce n’est bon ni pour lui ni pour l’EdF. 

D’autant qu’il y a d’autres joueurs offensifs à solliciter, entre Fekir qui sera bientôt revenu à son meilleur niveau, le retour prochain de Lacazette et évidemment, celui plus hypothétique de Benzema. Deschamps a donc beaucoup de solutions devant, tout comme en défense où on peut penser qu’Umtiti et Laporte répondront présent quand on fera appel à eux.

Pierrot