Si on ne veut pas gagner...

Sainté-OM ? Une purge (de plus). Mais quand le foot français comprendra-t-il qu'avec cet état d'esprit, il va droit dans le mur ?

J'avoue qu'au moment où j'ai découvert les compositions d'équipe, si je n'avais pas été sur le plateau du CFC j'aurais sûrement regardé Les Tuche, ce qui m'aurait aussi permis de me voir à l'écran. Côté stéphanois : Mollo, Corgnet et Erding sur le banc. Côté marseillais : Thauvin remplaçant, cinq défenseurs. Bref, ce match était programmé pour faire 0-0. Au mieux, 1-0 ou 1-1 avec but(s) sur coup de pied arrêté.

Le foot français est en permanence en train de pleurer, de se plaindre de ne pas avoir de moyens, de toujours réclamer plus d'argent des télés. Thiriez peut toujours nous dire que la Ligue 1 est un spectacle exceptionnel, ce qu'on constate dans les faits, c'est qu'excepté le PSG et Monaco - et quelques autres rares exceptions type Lorient ou Lyon -, les autres équipes ne jouent pas.

Ce que je ne comprends pas, c'est que les Verts ont une occasion unique cette saison de finir sur le podium et que les Olympiens nous ont expliqué à la fin des matchs allers que la 3e place était encore accessible à condition de faire un sans-faute… Et que voit-on ? Deux équipes qui préfèrent ne pas perdre plutôt que gagner, une purge sans nom avec un déchet technique énorme, aucune prise de risque, le tout sur un terrain indigne du niveau professionnel.

Tout ça se termine avec un goût vraiment amer, parce qu'on a vu un spectacle affligeant. Alors les footballeurs n'ont pas d'obligation de spectacle. Ni d'ambition, malheureusement. Mais quand même : ces deux équipes qui avaient tout intérêt à prendre des risques pour tenter de l'emporter et faire une juteuse opération au classement n'en ont pris aucun. Sainté s'est contenté du minimum et aurait perdu si le fantôme de Brandao n'était pas passé par là pour placer une tête venue d'ailleurs dans les arrêts de jeu.

Arrêtons de le dire, faisons-le !

Je suis énervé et attristé par ce que j'ai vu hier soir, par cette autosatisfaction des acteurs qui ont vu "un bon match, avec des équipes bien en place, et gna gna gna…" Ils n'ont rien compris. Entre les équipes qui jouent à 10 derrière pour ne pas prendre une raclée face à Monaco et Paris, et ce genre de match, plus le coefficient européen qui s'effondre, le foot français devrait commencer à s'interroger sur son incapacité à jouer au foot.

Prenons l'exemple d'Evian, qui accueillait Lille en fin de journée. Sans un gardien plus ou moins responsable sur les deux buts nordistes, les Hauts-Savoyards auraient battu sans discussion le 3e du classement. Même mal classée, même en jouant le maintien, la formation de Dupraz prend des risques. Un peu trop même, puisqu'elle a perdu 23 points après avoir mené au score cette saison. Mais je suis désolé, je prends plus de plaisir à voir jouer Evian que beaucoup d'équipes mieux classées.

Je prends plus de plaisir également, à voir jouer l'OL. Alors c'est vrai : Ajaccio est extrêmement faible. Mais Lyon marque des buts, propose du jeu et bizarrement, évolue sur un terrain de foot qui ressemble à un terrain de foot. Pourtant, entre Gerland et Geoffroy-Guichard, il n'y a que 60 km. En 60 bornes, on ne passe de Copacabana à la Sibérie, que je sache.

Plutôt que de revenir en détail sur les matchs, j'ai préféré ce soir vous faire part de mon agacement et de mon inquiétude. Les supporters stéphanois sont peut-être repartis contents du stade après ce match nul arraché à la dernière minute. Mais aujourd'hui, ils vont se rendre compte que leur club n'a pas fait une bonne affaire et qu'en plus, ils ont assisté un match moisi. Quant aux abonnés qui l'ont vu à la télé, ils ont dû comme moi passer une mauvaise soirée.

C'est bien gentil de dire qu'il faut s'inspirer de l'Allemagne. Arrêtons de le dire. Faisons-le.


Pierrot