Tout faux

La marche était donc une nouvelle fois trop haute. Tristement battu à Manchester, le PSG quitte la Ligue des Champions par la petite porte. Mais au-delà de l'élimination, c'est surtout la manière qui pose question.

Des quatre quarts de finale disputés sous l’ère qatarie, celui face à City a clairement été le plus mauvais. C’était pourtant face au plus faible adversaire proposé au PSG à ce stade de la compétition, et de loin. Rien à voir avec le Barça ou le Chelsea de José Mourinho. Là, c’était une équipe prenable et qui n’a pas fait grand-chose à part utiliser les faiblesses parisiennes et les qualités d’Agüero et De Bruyne.

Pour résumer, le PSG a totalement manqué ses deux matchs. La vérité de la Ligue des Champions, c’est qu’il faut être bon au printemps et non pas pendant l’hiver. Compte tenu des absences – notamment celle de Verratti - et des suspensions de David Luiz et Matuidi, il fallait que Laurent Blanc innove. De ce côté-là, nous n’avons pas été déçus puisque le coach a concocté un 3-5-2 inédit. Ceux qui ont l’habitude de me lire savent la tendresse que j’ai pour cette défense à trois. C’est un système qui ne me plaît déjà pas quand une équipe le maîtrise, alors imaginez quand on le tente à l’improviste lors d’un quart de finale retour de Ligue des Champions… Certaines personnes, qui reprochent à Blanc de ne jamais changer de tactique, avaient l’air d’apprécier cette nouveauté avant le coup d’envoi. Moi je trouve que c’est une aberration. 

Aurier et Di Maria n'y étaient pas

En première période, Aurier, stoppeur droit, s’est retrouvé arrière gauche pendant que Marquinhos faisait l’inverse. C’était un peu le foutoir. Une situation amplifiée par la blessure de Motta. Le PSG s’est retrouvé complètement décapité de son vrai point fort : le milieu de terrain. Derrière, un peu comme au match aller, les Citizens n’avaient qu’à attendre les pertes de balle parisiennes dans les zones cruciales. Il faut dire qu’avec Aurier, ils ont été servis. On pourra longuement parler de ce double retour de l’Ivoirien après deux mois de punition. Il joue deux matchs de Ligue des Champions alors qu’il aurait tout aussi bien pu reprendre du jus et de la confiance contre Nice ou Guingamp. C’est quelque chose que je n'explique pas. D’ailleurs, c’est sur une perte de balle d’Aurier que Trapp a concédé un penalty qu’Agüero a finalement tiré à côté. Paris était encore un peu miraculeusement en vie au repos. 

Avec l’entrée de Lucas puis celle de Pastore, Di Maria est repassé au milieu et on a retrouvé un semblant d’équilibre. Mais rien n’y a fait. Le PSG s’est créé trop peu d’occasions. Il y a eu deux bons coups francs d’Ibra, une tête un peu trop piquée de Thiago Silva sur corner et un duel remporté par Hart sur un ballon piqué du pied gauche de Cavani. Ce n’est pas assez. Mais quand on voit la faiblesse de la prestation parisienne et les différentes occasions, on se dit qu’avec un match d’une autre intensité, Paris aurait pu faire mieux. C’est bien gentil d’avoir 73% de possession en première période, mais si c‘est pour faire des passes à cinq mètres et principalement derrière, ça ne sert à rien. Trop de joueurs, pour ne pas dire tous les joueurs, ont été en dessous de leur niveau. 

Place désormais aux grosses retouches

Sincèrement, je trouve ça totalement anormal que le meilleur parisien hier ait été Adrien Rabiot. C’est le plus jeune, celui qui a le moins d’expérience et il doit palier toutes les absences au milieu, pour jouer tantôt sentinelle, tantôt piston, tantôt créateur. Marquinhos et Thiago Silva ont fait un match correct. Maxwell me semble extrêmement limité dans le jeu offensif et Van der Wiel, bah c’est Van der Wiel. Au milieu de terrain, on n’a pas vu grand-chose. Devant, Ibrahimovic a très peu pesé, à part sur ses deux coups francs. Il a encore accrédité la thèse de certains qui affirment qu’il n’existe pas dans ces matchs-là. En même temps, contrairement au match aller, il n’a pas vraiment eu les ballons pour exister. Cavani fait toujours preuve de générosité et de bonne volonté mais à l’arrivée, il n’est jamais devant. Il a eu une occasion en deux matchs, ça ne fait pas beaucoup.

Mais pour moi, la principale déception, c’est Angel Di Maria. Quand on achète un joueur de ce calibre et à ce prix-là, on attend qu’il apporte quelque chose. Je me suis fait tailler en morceaux en début de saison quand j’avais dit que De Bruyne aurait fait une meilleure recrue. Je crois qu’on a compris sur ces deux matchs pourquoi je me suis permis de dire ça. Je conseille d’ailleurs aux gens de revoir le but du Belge et de s’intéresser au replacement défensif de l’Argentin, à l’extrême limite du je-m’en-foutisme. 

Entre une kyrielle de mauvais choix de l’entraîneur, les joueurs suspendus, les blessés et les méformes, c’est clairement un mauvais moment pour Paris. Ces trois dernières saisons, notamment à cause du fair-play financier, le PSG avait fait des petites retouches dans son équipe. Là je pense qu’il va falloir en faire des grosses et lâcher les joueurs qui ont beaucoup donné pour le club comme Maxwell, Motta ou Ibrahimovic. Il faut repartir sur une base plus jeune et faire enfin confiance à un joueur irréprochable comme Marquinhos, par exemple. Quoi qu’il en soit, c’est un énorme coup d’arrêt dans la progression du PSG parce qu’encore une fois, les Parisiens n’avaient très probablement pas en face d’eux le prochain vainqueur de la Ligue des Champions…

Pierrot