Un trio qui a de la classe

L'OM qui revient de nulle part à Fenerbahce, Bordeaux qui cartonne Bruges et Lyon qui domine le Sparta Prague : finalement, elle est pas si mal cette Europa League...

Les clubs français n'ont jamais été de grands spécialistes de l'Europa League. Deux raisons à cela : 1. Ce n'était pas toujours les équipes les plus en forme en championnat qui la jouaient. Et 2, cette compétition a souvent été prise par-dessus la jambe par nos représentants, qu'ils s'appellent Rennes, Lille, Bordeaux ou Paris. Cette saison, c'est totalement différent. Avec l'OL, l'OM et Bordeaux, on ne pouvait pas avoir mieux.

D'abord, les trois équipes sont dans le Top 5 du classement de Ligue 1 à l'heure actuelle. Et puis, les trois entraîneurs avaient décidé d'aligner leur équipe-type, à 1 ou 2 joueurs près. Comme par hasard, à l'heure du bilan on a trois bons résultats. C'est presque dommage que ces trois-là ne soient pas dans la compète du dessus. Enfn, toujours est-il que dans cet océan de réussite pour nos clubs, la performance la plus impressionnante est sans doute celle de l'OM.

Les Marseillais sont en effet revenus de nulle part sur la pelouse de Fenerbahçe. Enfin, de nulle part. De 0-2 plutôt, parce que ce match les Phocéens l'ont dominé, se sont créés un paquet d'occasions et ont touché deux fois les montants, avec un Rémy assez maladroit pour son retour mais un duo Valbuena-Andre Ayew décisif, puisque chacun a offert un but à l'autre. Au final, ce nul est évidemment un bon résultat, qui prouve que l'OM a su capitaliser de la confiance sur son super début de championnat. Ca s'est vu, car le leader de Ligue 1 ne s'est jamais découragé alors qu'il y avait tout pour céder mentalement.


Bordeaux était également au complet ou presque, ce qui n'était pas le cas des Belges, à qui il manquait 7 joueurs. Là aussi, ça s'est vu car l'écart était vraiment énorme entre les deux formations. Les Girondins ont tellement dominé ce match qu'il a fallu attendre la 92e minute et ce coup-franc sur le poteau pour voir Bruges exister offensivement. En fait, nos cousins d'outre-Quiévrain ont vécu ce que beaucoup de clubs français ont vécu récemment. Quand on n'est pas au complet, le résultat est fatalement moins bon.

Pourquoi j'aime Bafé...

Le troisième larron lyonnais fermait la marche de cette soirée d'Europa League et j'ai parfois eu l'impression d'assister à un match de poule de Ligue des Champions. Et pas seulement parce qu'on avait l'habitude de voir Gerland vibrer au rythme de la LDC depuis 12 ans. L'ambiance, l'implication, l'engagement, tout y était. Et en plus, j'ai beaucoup aimé cette équipe lyonnaise. En revanche, il faudra m'expliquer pourquoi les Tchèques ont attendu d'être menés 2 à 0 pour commencer à jouer.

S'ils avaient eu la bonne idée d'attaquer un peu plus tôt dans le match, le résultat n'aurait peut-être pas été le même. D'autant que l'OL a longtemps été pénalisé par la maladresse de Gomis, qui a raté 2 pour ne pas dire 3 occasions très nettes. Mais je vais vous dire pourquoi j'aime Bafé : parce que même dans un jour sans, il ne lâche jamais. Alors il n'est ni le plus adroit ni le plus rapide des attaquants de Ligue 1, mais dans la volonté et l'engagement il est toujours là. Et il a été justement récompensé par ce but de la tête.

Et puis, je veux aussi vous parler d'un autre joueur : Clément Grenier. Le meneur de jeu lyonnais s'affirme de match en match, il joue simple, propre, fait jouer les autres et possède une vision du jeu nettement au-dessus de la moyenne. Et maintenant il est décisif, ce qui n'était pas le cas la saison dernière. S'il continue comme ça, il ira loin ce petit. Tout comme nos trois mousquetaires de la C3, qui ont l'air d'avoir compris que cette compétition était à la portée d'un club hexagonal.

Et puis, un petit coup de gueule pour finir. Et pour changer, c'est contre l'arbitrage de ce match. D'abord, il faudra m'expliquer l'utilité de coller un jaune à Gomis parce qu'il a fêté son but en se mettant une tétine dans la bouche. Enlever le maillot OK, mais y a-t-il un point de règlement qui interdit le port de la tétine pendant une célébration de but ? Et puis, le jaune attribué pour simulation à Lacazette alors qu'il y avait faute sur lui et donc pénalty ne m'a pas beaucoup plu non plus.

Ce sera tout pour ce soir. A samedi soir...

Pierrot